Nos système de sécurité pour
Contactez-nous
Accueil - Presse

Neufs caméras de vidéoprotection au village de Savines-le-Lac

Cela faisait partie d'un projet annoncé le 31 octobre 2012, à la suite de malveillances, incivilités sur les bâtiments communaux, religieux ainsi que des tentatives d'effractions dans des commerces du village. C'est fait, Savines-le-Lac dispose désormais d'un système de vidéoprotection, composé de neuf caméras directionnelles.

Deux d'entre elles sont doubles, pour permettre la Iecture des plaques d'immatriculations des véhicules de nuit et l'identification des véhicules.

Ce système permet de faire réfléchir les plaques afin de les identifier plus facilement. Une caméra protège l'église Saint-Florent. Deux autres protègent les commerces du village. Deux appareils ont été

installés à la station d'épuration.

 

Les caméras sont opérationnelles et sous la responsabilité du policier municipal Laurent Calvisi. « Nous sommes une commune touristique et un village où il fait bon vivre. Je suis très satisfait d'avoir concrétisé ce projet car je pense que cela va dissuader certains esprits malintentionnés et stopper l'incivilité dont certains font preuve » déclare Victor Bérenguel, le maire. Le coût de cette opération est de 73 506 euros HT, la commune bénéficiant d'une subvention de 14 464 euros.

« Dans un premier temps, c'est un dispositif avantageux pour nous, étant donné que nous faisons partie d'un panorama sécurisé, sans que cela nous coûte. Nous ne pouvons que saluer l'initiative de la commune. C'est très rassurant pour nous car nous venons de reprendre ce restaurant et il est vrai que savoir l'endroit sécurisé, c'est rassurant » réagissent Romain et Francesco, les deux gérants de l'Amarina.

« Au début, cela m'a fait un peu peur de savoir que nous étions sous vidéoprotection. Après je me suis aperçue que de plus en plus de villes et villages s'équipaient de vidéo - il y a eu encore un reportage à la télé. Alors si cela peut stopper le manque de respect ou retrouver les personnes qui pensent avoir le droit de se servir gratuitement chez les autres, alors je suis pour » déclare une habitante de la commune.

 

Voir l'article.